Cameroun : Plus de 500 000 cartes nationales d’identité en souffrance dans les commissariats de police

Total des vues : 49 , Vues d'aujourd'hui : 1 

Révélation faite le 2 septembre 2021 par la Délégation générale à la sûreté nationale (DGSN).

Cameroun : Plus de 500 000 cartes nationales d’identité en souffrance dans les commissariats de police. Après les 3000 passeports biométriques qui attendent leurs propriétaires depuis le 1er juillet dernier, la DGSN a révélé le 2 septembre que plus de 500 000 Cartes nationales d’identité (CNI) dont près de 226 000 produites par le nouveau système depuis cinq ans, sont abandonnées dans les commissariats.

Cameroun : Plus de 500 000 cartes nationales d’identité en souffrance dans les commissariats de police

Plusieurs de ces cartes, informe la DGSN, sont même déjà expirées à cause de la longue attente. Aucune raison ne justifie pas le non-retrait des cartes par des usagers pressés de les établir, mais lents à les rétablir. Pour la DGSN, il est question d’appeler une fois de plus les usagers à retirer leurs cartes. Cette sortie de presse intervient au moment où la police nationale essuie de vives polémiques depuis des mois, accentuées depuis le 1er juillet dernier avec des retards relevés au sujet de l’établissement du passeport biométrique en 48h à 110.000 FCFA.

Cameroun : Plus de 500 000 cartes nationales d’identité en souffrance dans les commissariats de police

Il faut dire qu’en janvier dernier, un mouvement lancé par une cadre du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) sous le slogan « Je veux ma CNI », est devenu viral sur les réseaux sociaux. Un agacement social face à la difficulté de plusieurs Camerounais à rentrer en possession de ce document. Pour justifier ces retards qui pouvaient aller jusqu’à un an, la Police nationale a d’abord accusé les détenteurs de fausses ou de double identité, qui seraient au moins 3 millions. Dominique Baya, secrétaire général de la DGSN avait justifié par la suite que plus de 245 000 cartes étaient déjà produites, mais non retirées par leurs propriétaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *